regisgerard.com... La pche sur toute la ligne -> Retour  la page d'accueil

Afficher la zapette des mises  jour de regisgerard.com !

RegisGerard - La pche sur toute la ligne

Les techniques :
Mouche
	articles
	dossiers
Carnassier
	articles
	dossiers
Salmonids
	articles
	dossiers
Carpe
	articles
	dossiers
Coup
	articles
	dossiers rgis grard la pche en eau douce Initiation
	Poissons
	Techniques
	Montages
	Gestes
	Conseils rgis grard la pche en eau douce Coin des Experts rgis grard la pche en eau douce Test Produits rgis grard la pche en eau douce Bons Coins rgis grard la pche en eau douce Histoires rgis grard la pche en eau douce Dernire Minute
English / Hrvatski tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Coup de Gueule
Coup de Coeur tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Annonces tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Belles Prises tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Questions tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Forum tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Salons tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Boutique

LES EPHEMERES

Les représentants de l’ordre des Ephemeroptera se rencontrent dans toutes les rivières courantes, oxygénées et exemptes de pollution.

Les éphémères sont des insectes à métamorphose incomplète : en grandissant les larves laissent une <a href=#dico>exuvie*</a> à chaque mue. Une fois matures, elles nagent vers la surface où se produit la dernière mue, de laquelle sort le subimago ailé.
Les éphémères sont des insectes à métamorphose incomplète : en grandissant les larves laissent une exuvie* à chaque mue. Une fois matures, elles nagent vers la surface où se produit la dernière mue, de laquelle sort le subimago ailé.

Les éphémères doivent leur nom à la brièveté de leur vie. Après plusieurs mois, voire plusieurs années, jusqu’à 3 ans, de vie larvaire, elles éclosent pour vivre à l’air libre seulement une dizaine d’heures, juste le temps de s’accoupler avant de revenir à la surface de l’eau pour pondre et mourir. Leur nom d’origine grecque ephêmeros signifie : qui dure un jour.

Les premières éclosions d’éphémères se produisent au mois de février et mars avec les Baetis et Rhithrogena et se poursuivent jusqu’au mois d’octobre, c’est le cas des Olives à ailes bleues (Ephemerella ignita). Durant les mois chauds de l’été, on observe les éclosions des ignita, des caenis et de bien d’autres espèces encore.

Les plus connues sont incontestablement les fameuses mouches de mai Ephemera danica et Ephemera vulgata qui émergent aux mois de mai et juin et représentent à cette époque environ 30% de l'alimentation des truites. Une véritable fête pour les poissons et les pêcheurs, qui ne dure qu’une dizaine de jours.

  

Eclosion de l’éphémère en 5 phases : larve qui quitte le fond et monte vers la surface, émergeante, subimago, adulte spent.
Eclosion de l’éphémère en 5 phases : larve qui quitte le fond et monte vers la surface, émergeante, subimago, adulte spent.

Les larves

Les larves d’éphémères possèdent une paire d’antennes, un thorax doté de trois paires de pattes, un abdomen allongé avec des branchies apparentes, composé de 10 ségments bien visibles et trois longs cerques.
Les larves vivent dans la vase, le sable ou le gravier ou cachées sous les pierres ou dans l’herbe aquatique des lacs et rivières. Durant leur croissance, selon les espèces, elles connaissent de 12 à 20 mues.

Il existe plusieurs espèces de larves qui se diffèrent les unes des autres en fonction de leur habitat, plus précisément selon la façon dont elles se déplacent sur le fond. Ainsi il existe des larves fouisseuses (Ephemera danica et Ephemera vulgata) qui vivent enfouies dans des galeries, elles se distinguent par leur grande taille atteignant les 25 mm.
Les larves nageuses de type Baetidae, nagent vigoureusement parmi les pierres. Certaines comme les Caenidae rampent sur la surface du fond, d’autres telles les Ephemerellidae grimpent en s’accrochant à tout support présent sur le fond, d’autres encore dont les Rhithrogena s’accrochent sur les pierres à l’aide de leurs pattes puissantes.

  

Les différentes larves d’éphémères : fouisseuse, grimpeuse, agrippeuse, nageuse rapide.
Les différentes larves d’éphémères : fouisseuse, grimpeuse, agrippeuse, nageuse rapide.

Les émergeantes et les subimagos

Les éphémères se caractérisent par deux stades ailés, celui du subimago et de l’imago. Mais avant de devenir subimago, l’insecte passe par une dernière phase de son évolution, celle de l’émergence. Une fois arrivé dans la pellicule, il se dégage de son exuvie, les ailes demeurant toujours prisonnières. Toujours suspendu, l’insecte se laisse dériver dans le courant en dégageant lentement les ailes qui se redressent finalement et prennent une position verticale, celle du subimago qui va aussitôt s’envoler. C’est dans ces deux dernières phases que les éphémères sont consommées le plus par les poissons.

Quelle que soit l’espèce, le subimago se distingue de l’imago principalement par sa coloration, généralement plus terne, ainsi que par la position de ses ailes dressées au-dessus de l’eau. Selon l’espèce, le subimago compte deux ou trois longs cerques très pointus, qui prolongent l’abdomen.

  

Imitation d’un subimago d’éphémère : cerques deux fibres synthétiques, abdomen tube bodiz beige crème, thorax dubbing synthétique brun, ailes plume de canard repliée marron naturel.
Imitation d’un subimago d’éphémère : cerques deux fibres synthétiques, abdomen tube bodiz beige crème, thorax dubbing synthétique brun, ailes plume de canard repliée marron naturel.

Les adultes et les spents

Dès l’envol, les insectes adultes appelés imagos, vont entamer leur bal nuptial. Durant cette phase, ils demeurent groupés formant d’impressionnants essaims au-dessus ou à proximité de l’eau. Le mâle meurt épuisé tout de suite après l’accouplement, tandis que la femelle va continuer de vivre le temps nécessaire pour déposer les œufs à la surface de l’eau, puis elle meurt à son tour. L’insecte mort appelé spent dérive emporté par le courant les ailes à plat.

La taille, la coloration et l’aspect de l’imago varie selon l’espèce.
La grande mouche de mai ou Ephemera danica possède un très long corps de 16 à 25 mm, blanc ou beige couvert de motifs foncés et trois longs cerques de 20 à 45 mm. Par rapport aux ailes du subimago (vert-gris, vert-jaune) celles de l’imago sont plus transparentes de couleur noir-bleu. On remarque la présence des ailes postérieures de même couleur mais plus petites.

La mouche de mai ou Ephemera vulgata est un peu plus petite, 14 à 24 mm, tandis que les trois cerques mesurent de 18 à 30 mm. Quant à la coloration, le subimago possède un corps et les ailes plutôt jaunâtres, l’imago lui a un corps olive et les ailes brun-noir.

Parmi de nombreuses espèces, mentionnons une des éphémères les plus courantes dont les éclosions durent très longtemps, de la fin mai à la fin octobre. Il s’agit de l’Olive à ailes bleues ou Ephemerella ignita. Son corps mesure généralement de 8 à 12 mm, les trois cerques de 10 à 16 mm. Le corps du subimago peut être olive ou brun, les ailes grises ou bleues foncées. L’imago a le plus souvent le corps brun-orange et les ailes transparentes couvertes de nervures grises ou brun clair.

  

Imitation de l’imago de la mouche de mai : cerques fibres de queue de faisan, corps soie de montage jaune cerclé de fil d’or, ailes plumes de canard jaunes, hackle de coq roux.
Imitation de l’imago de la mouche de mai : cerques fibres de queue de faisan, corps soie de montage jaune cerclé de fil d’or, ailes plumes de canard jaunes, hackle de coq roux.

Les imitations

Les nymphes d’éphémères sont montées le plus souvent sur des hameçons n°8 à 18, elles sont plus ou moins plombées à l’aide de fil de plomb. Le corps (abdomen et thorax) est réalisé en dubbing* naturel ou synthétique afin d’imiter les branchies abdominales. Pour imiter le fourreau alaire s’utilisent des fibres de plumes d’oiseau ou différents poils.
Des imitations en CDC*, de type suspender* ou parachute* tentent d’imiter le comportement des émergeantes et leur position quasi verticale dans la pellicule.

L’imitation traditionnelle et la plus simple du subimago fait appel à un hameçon n°10 à 18, à hampe longue. Le corps est réalisé en dubbing léger naturel ou synthétique cerclé de fin fil d’or de cuivre ou d’argent. Quelques fibres de hackle de coq représentent les cerques. Un hackle de cou de coq est utilisé pour accompagner les ailes imitées à l’aide de morceaux de plumes d’oiseaux ou de plumes entières. Certains modèles imitant les duns ne comportent pas de hackle, mais uniquement les ailes.

L’insecte adulte est imité le plus souvent une fois mort à la surface de l’eau (spent) ou juste avant de mourir. La taille des hameçons est importante surtout pour les mouches de mai n°8-14. Le corps est composé d’un abdomen en dubbing ou en CDC cerclé de fil fin d’or ou de tinsel et d’un thorax en même matériau mais plus fourni. Une touffe de fibres de hackle de coq convient pour les cerques. Une touffe de poils, une paire de pointes de plumes de cou de coq, des fibres d’Antron ou des plumes CDC peuvent servir pour imiter les ailes. Selon les modèles, il est possible de doter l’artificielle d’un ou plusieurs hackles de cou de coq.

    

Il existe également des éphémères à deux cerques dont la plus connue et la plus répandue est la Baetis rhodani ou l’Olive printanier. Les éclosions de subimagos se produisent l’après-midi de février à avril. Les cerques mesurent de 16 à 18 mm. Le corps de 6 à 11 mm est de couleur vert olive chez le subimago est brun-roux chez l’imago. Les ailes ternes colorées de gris chez le subimago deviennent transparentes et recouvertes de nervures brunes chez l’imago. A la même famille des éphémères à deux cerques appartiennent également le Watery pâle (Baetis fuscatus) et le March brown (Rhithrogena germanica).

[Voir les archives]

Dictionnaire : quelques définitions

Dictionnaire : quelques définitions   * exuvie : enveloppe abandonnée par l’insecte lors de son éclosion à l’air libre.
* dubbing : matériau servant à la confection des corps de mouches ; peut être naturel s’il est réalisé avec la fourrure de lièvre, lapin… ou synthétique s’il est créé avec des fibres synthétiques.
* CDC : « cul de canard », plumes prélevées sur le croupion de canard qui ont la particularité de flotter parfaitement grâce à l’imperméabilisation naturelle obtenue par les sécrétions de ses glandes anales.
* suspender : type de montage qui consiste à coller à la tête des modèles de base une perle de polystyrène afin d’assurer la flottaison.
* parachute : type de montage où le hackle est enroulé horizontalement autour d’un support, à la différence des fixations traditionnelles où le hackle est enroulé verticalement sur l’hameçon.
 

Revenir ...

[ Précédente   |  Accueil  |  Tous les poissons   | Plan du site  |  Tous droits réservés   |  Mentions légales   |  Qui sommes-nous   |  Nos activités   |  Nous contacter