regisgerard.com... La pche sur toute la ligne -> Retour  la page d'accueil

Afficher la zapette des mises  jour de regisgerard.com !

RegisGerard - La pche sur toute la ligne

Les techniques :
Mouche
	articles
	dossiers
Carnassier
	articles
	dossiers
Salmonids
	articles
	dossiers
Carpe
	articles
	dossiers
Coup
	articles
	dossiers rgis grard la pche en eau douce Initiation
	Poissons
	Techniques
	Montages
	Gestes
	Conseils rgis grard la pche en eau douce Coin des Experts rgis grard la pche en eau douce Test Produits rgis grard la pche en eau douce Bons Coins rgis grard la pche en eau douce Histoires rgis grard la pche en eau douce Dernire Minute
English / Hrvatski tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Coup de Gueule
Coup de Coeur tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Annonces tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Belles Prises tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Questions tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Forum tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Salons tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Boutique

COMMENT CHOISIR SON LEURRE SOUPLE

Ils intéressent tous les carnassiers, ils sont économiques, d’un emploi simple et marchent à longueur d’année. Le seul ennui c’est qu’ils sont si nombreux que l’on a parfois du mal à s’y retrouver !

Il convient d’essayer chaque nouveau leurre longuement dans une eau claire, proche du bord afin de comprendre quelle est la bonne vitesse de récupération, car certains travaillent mieux lentement, d’autres ont besoin d’une action soutenue.
Il convient d’essayer chaque nouveau leurre longuement dans une eau claire, proche du bord afin de comprendre quelle est la bonne vitesse de récupération, car certains travaillent mieux lentement, d’autres ont besoin d’une action soutenue.

Après des débuts timides, les leurres souples ont depuis quelques années colonisé les présentoirs des magasins. Mais comment tirer le meilleur profit de cette famille nombreuse ? Comment faire son choix parmi des centaines de modèles différents, chacun décliné en dizaines de tailles, comportant autant de couleurs que l’arc-en-ciel ? Où et quand utiliser chacun d’entre eux, comment s’en servir ?
Tout commence lors de l’achat ! Plutôt que l’aspect esthétique, ce sont les conditions d’utilisation, époque de l’année, type d’eau, type de poste, carnassier recherché... qui doivent guider le choix.

  

La profondeur de pêche concerne surtout les leurres figuratifs. La grenouille passe le plus clair de son temps proche de la surface, la salamandre alterne les différents étages, l’écrevisse se limite à évoluer sur le fond.
La profondeur de pêche concerne surtout les leurres figuratifs. La grenouille passe le plus clair de son temps proche de la surface, la salamandre alterne les différents étages, l’écrevisse se limite à évoluer sur le fond.

Les formes

Même si les formes sont nombreuses et variées, il est possible de classer tous les leurres souples dans deux groupes : les figuratifs et les non figuratifs. Les premiers comme leur nom l’indique ressemblent d’une façon plus ou moins précise à une proie connue des carnassiers. Il peut s’agir d’une grenouille, d’une salamandre, d’une écrevisse, d’un poisson... Quant aux non figuratifs, ils ne ressemblent ni de près ni de loin à leurs victimes habituelles.

Les figuratifs s’utilisent en priorité là où les espèces imitées sont présentes, à l’époque où elles sont actives. L’attrait principal étant l’imitation, il est d’autant plus facile de tromper un prédateur que l’appât lui est familier. En ce qui concerne l’aspect poisson, ces leurres créent peu de vibrations. Leur emploi est à privilégier pour les fines prospections de petits postes marqués où l’aspect visuel est primordial.

Les non figuratifs jouent principalement sur les vibrations qu’ils émettent. Pour un carnassier toute chose paraissant vivante est consommable, peu importe sa forme et son aspect pourvu que la taille lui permette de l’avaler facilement. L’effet de surprise ajouté à une action pertinente, attire sa curiosité ce qui aboutit le plus souvent à l’attaque.

  

Tailles moyennes : pour la perche de 3 à 7 cm, pour le sandre de 7 à 12 cm, pour le black bass de 10 à 20 cm, pour le brochet de 15 à 20 cm, pour le silure de 15 à 25 cm.
Tailles moyennes : pour la perche de 3 à 7 cm, pour le sandre de 7 à 12 cm, pour le black bass de 10 à 20 cm, pour le brochet de 15 à 20 cm, pour le silure de 15 à 25 cm.

Les tailles

Deux paramètres sont à prendre en compte. Le premier est le carnassier recherché avec ses habitudes alimentaires, le second est la taille des proies du moment.
On ne peut pas pêcher le silure et la perche avec les mêmes outils ! Le brochet consomme volontiers les proies d’un tiers de sa taille. Le sandre lui préfère, quand il a le choix, plusieurs proies de taille moyenne plutôt que de risquer de s’étrangler avec une grosse. Quant au black bass, il a les yeux plus grands que la bouche... ce n’est pas peu dire ! Les proies qu’il attaque peuvent atteindre plus de la moitié de sa taille.

Il existe certaines époques où la taille des proies du moment est la même pour tous. A la fin de l’été, ce sont les leurres souples de petite taille qui imitent le mieux les alevins de l’année et qui seront recherchés par presque tous les carnassiers.
A l’opposé, dans les eaux froides de l’hiver, des proies de grosse taille seront consommées même par les sandres car ce sont les seules disponibles !

  

Coloris de référence : le rouge pour la perche, le blanc pour le sandre, le noir pour le black bass, l’argent pailleté pour le brochet, le jaune pour le silure.
Coloris de référence : le rouge pour la perche, le blanc pour le sandre, le noir pour le black bass, l’argent pailleté pour le brochet, le jaune pour le silure.

Les couleurs

En ce qui concerne les leurres figuratifs, il convient de s’installer quelques instants à la place d’un carnassier. Imaginons un brochet à l’affût un jour d’été, par temps ensoleillé, dans une eau limpide qui regarde passer une ablette. Elle doit lui sembler très brillante !
Imaginons maintenant le même brochet par temps couvert et dans une eau sale observant la même ablette, elle doit lui paraître nettement plus sombre ! Donc, leurre clair par temps clair et eau claire, leurre sombre par temps sombre et eau teintée !

Où l’exercice devient plus périlleux, c’est d’imaginer notre brochet qui veut attaquer un leurre non figuratif ! Car dans ce cas-là ce sont les vibrations qu’il ressent qui déclenchent la décision d’attaque. Il nous paraît souhaitable que Maitre Esox puisse visualiser précisément l’objet de sa convoitise et cibler parfaitement son attaque. Avec les leurres non figuratifs, il ne faut donc pas hésiter à employer des couleurs qui claquent de type fluo sur les postes peu profonds, que le temps soit lumineux ou non et des couleurs phosphorescentes pour prospecter les fosses ! Il est également intéressant de jouer sur les contrastes en utilisant des leurres bicolores.

  

Certains pêcheurs sont convaincus que les carnassiers se méfient des leurres trop souvent utilisés et ont recours de plus en plus aux leurres contenant dans la matière composant leur corps des <a href=#dico>attractants*</a> olfactifs.
Certains pêcheurs sont convaincus que les carnassiers se méfient des leurres trop souvent utilisés et ont recours de plus en plus aux leurres contenant dans la matière composant leur corps des attractants* olfactifs.

L’action

Le comportement, le déplacement, le rythme des mouvements d’un leurre figuratif doivent se rapprocher au maximum de ceux de la proie qu’il imite.
La grenouille se déplace par bonds successifs mais peut aussi rester immobile plusieurs dizaines de secondes.
L’écrevisse fait des bonds elle aussi, mais uniquement sur le fond et en marche arrière.
Le poisson quant à lui, effectue fréquemment des changements de direction et de rythme de nage.

Les leurres non figuratifs doivent être animés en fonction du carnassier recherché.
Pour le brochet, tous les leurres qui se travaillent lentement et d’une façon très planante sont parfaitement adaptés.
Pour le sandre, une action plus saccadée, entrecoupée d’accélérations donne les meilleurs résultats.
Pour la perche, le maniement est agressif avec des changements brusques et rapides de directions.
Pour le silure une action sinusoïdale se rapprochant de la surface et replongeant sur le fond convient le mieux.
Pour le black bass, il faut enchaîner de longues pauses à des tires sèches afin de créer chez lui un effet de surprise.

    

Chaque fabricant conserve secrète la composition chimique de ses leurres. Il existe d’énormes écarts dans la souplesse de la matière entre deux leurres d’aspect extérieur identique mais de fabrication différente. Le meilleur exemple est l’imitation d’un poissonnet appelé Shad, présent dans tous les catalogues des fabricants mais qui une fois accroché à l’hameçon, peut donner le meilleur comme le pire ! Il vaut mieux faire confiance aux produits leaders car la copie équivaut rarement l’original !

[Voir les archives]

Dictionnaire : quelques définitions

Dictionnaire : quelques définitions   * attractants : produits le plus souvent à base de poisson à fort pouvoir olfactif, en forme d’huile ou de spray que l’on pulvérise régulièrement à la surface du leurre.  

Revenir ...

[ Précédente   |  Accueil  |  Tous les poissons   | Plan du site  |  Tous droits réservés   |  Mentions légales   |  Qui sommes-nous   |  Nos activités   |  Nous contacter