regisgerard.com... La pche sur toute la ligne -> Retour  la page d'accueil

Afficher la zapette des mises  jour de regisgerard.com !

RegisGerard - La pche sur toute la ligne

Les techniques :
Mouche
	articles
	dossiers
Carnassier
	articles
	dossiers
Salmonids
	articles
	dossiers
Carpe
	articles
	dossiers
Coup
	articles
	dossiers rgis grard la pche en eau douce Initiation
	Poissons
	Techniques
	Montages
	Gestes
	Conseils rgis grard la pche en eau douce Coin des Experts rgis grard la pche en eau douce Test Produits rgis grard la pche en eau douce Bons Coins rgis grard la pche en eau douce Histoires rgis grard la pche en eau douce Dernire Minute
English / Hrvatski tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Coup de Gueule
Coup de Coeur tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Annonces tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Belles Prises tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Questions tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Forum tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Salons tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Boutique

S’ADAPTER AUX CONDITIONS METEOS

Vent, pluie, froid, sécheresse… chacun de ces éléments naturels influe sur la rivière et bouleverse la vie de ses habitants !

Quel que soit le type de rivière, les conditions les plus stables et les plus favorables pour la pêche se trouvent toujours dans la zone proche des sources.
Quel que soit le type de rivière, les conditions les plus stables et les plus favorables pour la pêche se trouvent toujours dans la zone proche des sources.

Même si chaque rivière à truite est un cas spécifique, en règle générale toutes connaissent des périodes de hautes eaux, souvent au printemps et en automne, et celles d’étiage, en été et en hiver. Les cours d’eau de moyennes et hautes montagnes sont de plus influencés par la fonte des neiges et les orages estivaux.
A chaque changement météorologique, la truite est obligée de changer de poste ainsi que de comportement alimentaire !
Pour espérer réussir par tous les temps, le pêcheur doit, lui aussi, faire évoluer son approche et ses techniques en fonction des conditions du moment. A l’ouverture par exemple, les températures extérieures sont faibles, le gel fréquent, les eaux froides… le vairon ou le gros lombric sont alors les plus rentables. Dès que les eaux se réchauffent, la pêche au lancer devient efficace. En revanche, après une pluie, les eaux montent et se salissent, le toc le long des berges est plus approprié…

  

Les giboulées de mars provoquent souvent une accélération des courants, les truites sont mordeuses et s’installent provisoirement sur des postes abrités telle cette pile de pont.
Les giboulées de mars provoquent souvent une accélération des courants, les truites sont mordeuses et s’installent provisoirement sur des postes abrités telle cette pile de pont.

Les crues

C’est au mois d’avril et durant les pluies automnales que se produisent les crues, capables en seulement quelques heures d’augmenter considérablement le niveau des rivières.
Au début de la montée des eaux, surtout si elle est brusque, les poissons cherchent en priorité à s’abriter des courants violents et demeurent peu mordeurs. Ils se réfugient proche des bordures, derrières les obstacles divers, dans les amortis et toutes les zones de calme. L’activité alimentaire reprend en général dès que le niveau d’eau se stabilise.
Si par contre, les eaux montent progressivement, sans obliger les truites à changer de postes, elles continuent de se nourrir normalement. En règle générale, la pêche est rarement bonne pendent la décrue ! C’est la pêche au ver, au toc* ou à rouler*, qui dans ces eaux teintées donne les meilleurs résultats.

  

La neige n’est pas néfaste pour la pêche, bien au contraire. Sur certaines rivières, il n’est pas rare de constater des éclosions d’insectes qui favorisent un regain d’activité chez les truites.
La neige n’est pas néfaste pour la pêche, bien au contraire. Sur certaines rivières, il n’est pas rare de constater des éclosions d’insectes qui favorisent un regain d’activité chez les truites.

La fonte des neiges

Dans les rivières d’altitude, la fonte des neiges entraîne de brusques augmentations de débit, baisse brutalement la température de l’eau et diminue le taux d’oxygène. Dans ces conditions, les truites demeurent cachées dans leur postes de repos, bouche fermée !
Selon les rivières, cette période peut durer de quelques jours, en moyenne montagne, jusque plusieurs semaines, en haute montagne. Il est malgré tout possible de réaliser quelques captures aux extrémités du jour lorsque, à cause de la baisse des températures extérieures, la neige cesse de fondre et les eaux blanches redeviennent claires.

  

La truite fuit la grande luminosité qui pour elle est synonyme de danger. Par temps très claire, il convient de se cacher dans la végétation environnante et de se positionner le soleil en face afin d’éviter de projeter des ombres sur l’eau.
La truite fuit la grande luminosité qui pour elle est synonyme de danger. Par temps très claire, il convient de se cacher dans la végétation environnante et de se positionner le soleil en face afin d’éviter de projeter des ombres sur l’eau.

Le vent

Il y a les bons et les mauvais vents ! Les bons, ceux du sud et de l’ouest, apportent le temps doux et pluvieux, propice aux éclosions d’insectes et donc à l’activité des poissons. Les mauvais, tels les vents du nord et de l’est, sont froids et baissent rapidement la température de l’eau. Les truites, très sensibles à ces brusques changements, stoppent alors ou ralentissent considérablement leur activité.
Mais comme toutes les règles, celles aussi ont des exceptions ! Dans certaines rivières peu exposées au vent, il est parfois possible de réaliser en début de saison de très belles pêches par vent du nord. Les eaux à cette époque sont déjà froides et ne subissent guère de changement de température, alors que le soleil qui accompagne souvent ce vent, motive les truites à sortir des caches à la recherche de nourriture.

  

Pendant la période d’étiage, c’est au coup du matin en pêchant au vairon ainsi qu’au coup du soir, à la mouche, qu’il devient possible de réaliser de très belles captures !
Pendant la période d’étiage, c’est au coup du matin en pêchant au vairon ainsi qu’au coup du soir, à la mouche, qu’il devient possible de réaliser de très belles captures !

L’étiage

Chaque été, tout particulièrement au mois d’août, de nombreuses rivières à truite sont soumises à de sévères étiages. Les eaux basses se réchauffent rapidement et l’oxygène se fait rare. Les salmonidés se concentrent dans des endroits ombragés, le long des bordures sous les frondaisons, à l’abri sous les berges ou au plus profond des fosses.
Leur activité est réduite au minimum, à l’exception de l’ombre qui parfois se nourrit tout au long de la journée. Les truites quant à elles, ne sortent de leurs repères que la nuit venue. La pêche apparaît la plus rentable tôt le matin et tard le soir. Le reste du temps, seule la technique de la surprise* permet d’intéresser quelques poissons aux aguets le long des berges.

    

Chaque torrent, ruisseau, petite ou grande rivière connaît à certains moments de l’année des moments de véritable frénésie alimentaire chez les truites. Ces instants magiques sont le résultat des conditions météos bien précises, réunies le plus souvent au début de l’été : le niveau d’eau est stable depuis plusieurs jours, le temps est doux et couvert, sans vent, avec une pluie fine !

[Voir les archives]

Dictionnaire : quelques définitions

Dictionnaire : quelques définitions   * pêche au toc : technique mise au point pour la pêche de la truite qui consiste à présenter un appât naturel vivant comme s’il dérivait entraîné par le courant ; le pêcheur ressent l’attaque par une secousse entre les doigts, un toc.
* pêche à rouler : technique proche de celle au toc, la différence réside dans le poids de la plombée pour que l’appât roule sur le fond ; se pratique par eaux fortes.
* pêche à la surprise : se pratique en été par eaux basses, en faisant tomber le plus naturellement possible dans l’eau un insecte tel une sauterelle, un grillon.
 

Revenir ...

[ Précédente   |  Accueil  |  Tous les poissons   | Plan du site  |  Tous droits réservés   |  Mentions légales   |  Qui sommes-nous   |  Nos activités   |  Nous contacter