regisgerard.com... La pche sur toute la ligne -> Retour  la page d'accueil

Afficher la zapette des mises  jour de regisgerard.com !

RegisGerard - La pche sur toute la ligne

Les techniques :
Mouche
	articles
	dossiers
Carnassier
	articles
	dossiers
Salmonids
	articles
	dossiers
Carpe
	articles
	dossiers
Coup
	articles
	dossiers rgis grard la pche en eau douce Initiation
	Poissons
	Techniques
	Montages
	Gestes
	Conseils rgis grard la pche en eau douce Coin des Experts rgis grard la pche en eau douce Test Produits rgis grard la pche en eau douce Bons Coins rgis grard la pche en eau douce Histoires rgis grard la pche en eau douce Dernire Minute
English / Hrvatski tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Coup de Gueule
Coup de Coeur tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Annonces tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Belles Prises tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Vos Questions tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Forum tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Salons tous les poissons d'eau douces avec rgis grard Boutique

COMMENT PIEGER LES CARNASSIERS ?

Pour connaître le succès, il faut prendre des risques, ne pas se focaliser sur des a priori, postes archi-connus, techniques de prédilection... Car la pêche sportive des carnassiers est avant tout un formidable terrain d’aventures !

Le black bass est un poisson fantasque et imprévu. Lorsque il refuse obstinément tous les leurres proposés, il convient de lancer derrière lui. S’il est mordeur, il se retournera comme une furie pour l’avaler !
Le black bass est un poisson fantasque et imprévu. Lorsque il refuse obstinément tous les leurres proposés, il convient de lancer derrière lui. S’il est mordeur, il se retournera comme une furie pour l’avaler !

Les beaux jours, les longs week-end et pour bon nombre d’entre nous, les vacances... c’est l’époque idéale pour conquérir de nouveaux territoires malgré le nombre croissant de pêcheurs au bord de l’eau. La réussite appartient plus que jamais à ceux capables de faire preuve d’audace, tout en conservant un excellent sens tactique !
Les carnassiers* ne sont pas d’un naturel très sociable. Ils se tiennent le plus souvent à bonne distance des lieux bondés ou surpêchés. Il existe encore des sanctuaires où ils sont peu sollicités, donc beaucoup plus nombreux et moins méfiants. Sortir du poids des habitudes, se remettre en question, se rappeler qu’il reste encore beaucoup de choses à découvrir... voilà les principaux secrets de ceux qui réussissent !

  

Les soirs d’été, les sandres sortent de leur torpeur et s’organisent en commandos pour chasser les bancs d’alevins qu’ils repoussent jusque sur le bord. Durant ces phases, il faut les pêcher proche de la surface avec de petits leurres.
Les soirs d’été, les sandres sortent de leur torpeur et s’organisent en commandos pour chasser les bancs d’alevins qu’ils repoussent jusque sur le bord. Durant ces phases, il faut les pêcher proche de la surface avec de petits leurres.

Soigner le premier passage

L’effet de surprise chez un animal en fin de chaîne alimentaire se traduit le plus souvent par un reflex violent. Tous nos carnassiers appartiennent à la race des Seigneurs qui ne badinent pas avec le protocole! La meilleure façon de tromper leur vigilance réside dans la connaissance de leurs réactions d’où l’intérêt de les surprendre au premier passage de notre leurre. L’intrus quel qu’il soit, est sanctionné et tombe irrémédiablement sous leurs... dents dures ! Ce n’est pas par faim, mais les principes sont les principes : venir troubler leur sieste implique une punition ! Dans ces conditions, tout ce qui passe sur leur territoire, trépasse !
Il convient de tenter toutes les approches à couvert. Car ils voient tout venir de loin, surtout le danger... Le mot d’ordre est simple : la discrétion ! La moindre vibration, la moindre ombre, la moindre anomalie... suffisent à leur couper l’appétit. Il ne faut pas oublier que tous les carnassiers sont en permanence sur le qui-vive et que s’ils demeurent discrets, c’est uniquement pour mieux tromper leur monde. Pour que tout fonctionne à merveille, il faut bien sûr trouver un poste propice à leur présence, mais surtout parvenir à faire passer en ces lieux un appât sans qu’ils découvrent le piège.

  

Si les perches suivent sans attaquer le leurre, au lieu de terminer l’animation perpendiculairement à la berge, à 3 ou 4 m du bord, il convient de changer de direction.
Si les perches suivent sans attaquer le leurre, au lieu de terminer l’animation perpendiculairement à la berge, à 3 ou 4 m du bord, il convient de changer de direction.

Déclencher la curiosité

Il devient de plus en plus difficile de tromper les carnassiers. Ils savent déceler au premier coup d’œil les pièges que nous leur tendons. De plus, les gros poissons ont eu le temps au fil des années d’affiner leur style de vie... Ils ont appris à reconnaître et à s’adapter à nos ruses, et ça risque de durer encore longtemps ! Heureusement pour nous, ils ont des faiblesses ! Leur vieille habitude de famille, la curiosité, n’est pas la moindre. Il leur est bien difficile de résister à l’attrait d’un leurre inconnu !
C’est l’occasion de compléter notre panoplie et pour les collectionneurs, de faire nager leurs plus beaux sujets ! Histoire de brouiller les pistes, il ne faut pas hésiter à ressortir du grenier les ancêtres poussiéreux ou à se précipiter chez les détaillants pour acquérir les dernières nouveautés. Même le plus blasé des carnassiers ne peut lutter durablement contre son instinct. Eviter la monotonie, rester créatif, les provoquer avec des animations qui leur sont inconnues... devant de tels comportements, ils voient rouge et perdent toute méfiance !

  

Quand la pêche est difficile, un poisson nageur de taille importante peut déclencher l’attaque d’un brochet qui ressent la présence de ce leurre comme celle d’un intrus ou d’un concurrent s’approchant de son poste !
Quand la pêche est difficile, un poisson nageur de taille importante peut déclencher l’attaque d’un brochet qui ressent la présence de ce leurre comme celle d’un intrus ou d’un concurrent s’approchant de son poste !

Pêcher lentement à la bonne hauteur

Inactifs la plupart du temps, les carnassiers ne sont pas pour autant paresseux. Ils ont simplement besoin d’économiser leurs forces ! Chez eux, c’est tout l’un ou tout l’autre : les périodes de grand calme finissent toujours par des attaques foudroyantes. Quelle que soit la tactique ou le leurre utilisé, la méthode infaillible est toujours la même : pêcher lentement pour les convaincre que le jeu en vaut la chandelle ! Le pire pour eux est de se déplacer pour rien. Car dans la nature, tout est drôlement bien organisé. Quand une proie facile passe à la portée d’un carnassier, il ne fait jamais le difficile !
Pour que les carnassiers cohabitent harmonieusement dans l’élément liquide, il a bien fallu que chacun y trouve sa place! Ainsi chaque espèce c’est approprié un territoire qui lui apporte le gîte et le couvert. Elle contrôle un périmètre précis dans lequel elle règne en Maître absolu. Ce découpage intervient souvent sur le plan horizontal et là si l’on ne passe pas à la bonne hauteur, non seulement c’est pas gagné, mais c’est perdu d’avance ! Tout ce petit monde a ses habitudes, à nous de trouver le bon étage !

  

Pour pêcher le silure, il ne suffit pas d’avoir une canne et un moulinet solides, tous les autres éléments doivent également avoir une résistance comparable.
Pour pêcher le silure, il ne suffit pas d’avoir une canne et un moulinet solides, tous les autres éléments doivent également avoir une résistance comparable.

Rester concentré

Les carnassiers ont la faculté de profiter instinctivement de notre moindre inattention. Que ce soit lors de l’approche, de la touche ou du combat, notre concentration doit être constante ! Car au fil des heures, l’excitation baisse peu à peu laissant place à l’immuable rituel des questions fondamentales telles que : y a-t-il toujours des carnassiers, suis-je au bon endroit... ? Il faut donc resserrer la garde, et même si l’on utilise notre leurre favori, il convient d’en faire malgré tout bon usage et de se garder de songer à autre chose. Le carnassier attaque quand bon lui semble, il faut pouvoir réagir sans retard !
Il serait dommage de laisser passer bêtement la chance de capturer un poisson record à cause d’un matériel inadapté. Il est vrai que pour des raisons tout à faut louables, liées le plus souvent au budget, l’emploi de matériel polyvalent est privilégié. Mais on ne peut pas pêcher la perche avec les mêmes outils que le brochet, ni le silure avec ceux prévus pour le sandre. Il vaut mieux se spécialiser dans la pêche d’un seul carnassier et réaliser des prises régulières, plutôt que de les rechercher tous et accumuler les bredouilles !

    

RIVIERE, CANAL, ETANG, LAC
En rivière c’est le courant qui influe sur la tenue des carnassiers. L’été, ils recherchent la fraîcheur et l’ombre, l’hiver les secteurs profonds. En canal, la réussite dépend de la distance parcourue. Plus on s’éloigne des postes près des accès, plus on a de chances de trouver des poissons peu méfiants. En étang, il faut aller provoquer des poissons peu sollicités à 50, 60 m du bord, une canne longue et une ondulante lourde sont indispensables. En lac, la principale difficulté est de déterminer la bonne profondeur de pêche, il s’agit en général de la hauteur dont la température est comprise entre 13 et 16°C.

[Voir les archives]

Dictionnaire : quelques définitions

Dictionnaire : quelques définitions   * carnassiers : barbarisme bien ancré dans le langage des pêcheurs désignant les poissons qui se nourrissent d’autres poissons, le mot approprié étant les piscivores ; le mot carnassiers désigne les animaux qui se nourrissent de viande, de chair crue.  

Revenir ...

[ Précédente   |  Accueil  |  Tous les poissons   | Plan du site  |  Tous droits réservés   |  Mentions légales   |  Qui sommes-nous   |  Nos activités   |  Nous contacter